Le mensuel Pour La Montagne – 2021

Le magazine Pour La Montagne (PLM) est l’un des principaux outils de communication de l’ANEM. Mensuel de référence de la montagne, il est imprimé à plus de 6000 exemplaires et couvre l’ensemble des sujets d’actualité : finances, environnement, agriculture, tourisme, etc.

Retrouvez des dossiers de fond, des portraits de figures emblématiques de la montagne, des interviews…

n°332 – LA MONTAGNE S’INQUIETE

Édito:

Jean-Pierre VIGIER, vice-président de l’ANEM, député de la Haute-Loire

« QUE LA MONTAGNE REPARTE DE PLUS BELLE »

« En ce début d’année, et pour la première fois que je signe l’éditorial de PLM, c’est avec un réel plaisir que j’adresse en mon nom propre et au nom de notre présidente, Jeanine Dubié, de la secrétaire générale, Pascale Boyer, du délégué général, Pierre Bretel, et de toute notre équipe, à chacune et à chacun de vous, à vos proches, à votre collectivité et à tous ceux qui vous sont chers, nos vœux les plus chaleureux pour une année 2021 de bonne santé, de reconquête, d’espoir, de réussite et de prospérité.

C’est absolument indispensable après une année harassante sur le plan sanitaire et économique. Ces vœux visent particulièrement les grands rendez-vous du début de l’année. De façon prioritaire, j’évoquerai la réouverture des remontées mécaniques qui sont le moteur de nos stations, dès le 7 janvier, nous l’espérons tous et, même si des ajustements restent nécessaires, je salue le plan de soutien conséquent du gouvernement. L’application du plan de relance national qui doit être décliné de façon adaptée à nos territoires sera elle aussi essentielle.

Enfin, le programme montagne tant attendu devra être à la hauteur des enjeux et nous remettrons notre contribution à cette fin, le 15 janvier. Un autre rendez-vous est très attendu au Parlement avec la loi décentralisation, différenciation, déconcentration et décomplexification, dite loi 4D, qui a pour ambition de transformer les relations entre l’État et les collectivités territoriales, et de renforcer le droit à la différence et à l’adaptation auquel nous tenons tant. Espérons qu’il en ressortira un nouvel élan et que la politique de la montagne saura conquérir une nouvelle reconnaissance de notre spécificité. »