Audition de Jeanine Dubié sur le tourisme de montagne et les enjeux du changement climatique

Jeanine Dubié, députée des Hautes-Pyrénées et présidente de l’ANEM, a été auditionnée le jeudi 9 décembre 2021 par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale sur le tourisme de montagne et les enjeux du changement climatique. Marie-Noëlle Battistel, députée de l’Isère, et Laurence Gayte, députée des Pyrénées-Orientales, sont les rapporteurs de la commission. Cette audition a permis à Jeanine Dubié de revenir sur le travail mené en commun avec les autres associations d’élus pour la défense des intérêts des stations de ski et des stations thermales, la diversification, le besoin d’imaginer un tourisme ancré dans la culture locale, la nécessité de réaliser des investissements transversaux (numérique, mobilités…) ou encore l’inquiétude des professionnels face aux nouvelles mesures sanitaires.

La diversification, voire la transition dans certaines hypothèses, signifie la transformation et l’enrichissement de l’offre pour satisfaire la demande des nouveaux types de clientèle, éloignés des pratiques et des attentes centrées sur le ski alpin. Cette évolution permet un certain rééquilibrage face au “tout ski” qui a longtemps incarné le tourisme en montagne. Jeanine Dubié a indiqué que certaines stations sont très avancées, comme la station d’Artouste, par exemple, qui est engagée dans une stratégie de diversification de son offre touristique via la création d’une piste synthétique ou l’installation de deux tyroliennes…

La présidente a toutefois souligné que la plus grande partie des revenus du tourisme est générée sur une période courte. Les quatre mois d’hiver produisent l’essentiel des ressources des territoires à vocation touristique et permettent aux populations locales de vivre dans les communes supports de stations, mais aussi dans celles appartenant au même bassin de vie. La saison d’hiver, portée par le ski de piste, demeure le moteur économique et financier des stations, la réflexion sur le tourisme à l’année passera donc nécessairement par une vision intégrant la dimension économique de l’offre.

Elle a ensuite rappelé que le tourisme en montagne doit se caractériser par un ancrage dans la culture locale et un art de vivre. Il doit se développer en intégrant l’histoire et la spécificité des territoires. L’attrait de la montagne française s’explique par le grand nombre et la variété des centres d’intérêt, la diversité des paysages, la richesse du patrimoine historique, culturel et artistique, le climat tempéré en été ou encore la variété des structures d’accueil.

Jeanine Dubié a ensuite présenté différents besoins d’investissements – qu’il s’agisse de l’inclusion numérique, de la mobilité ou encore de la réhabilitation de l’immobiliser de loisirs.

La présidente a enfin mis en garde les membres de la commission face aux annonces de taux de réservations encourageants. Aujourd’hui, les nouvelles mesures prises par le gouvernement génèrent des annulations et des inquiétudes.

image_pdfTélécharger en .pdf