Vers un renouveau de la TNT

La TNT par satellite : Un maillon essentiel pour garantir l’accès à la télévision gratuite à 100% de la population

Depuis plusieurs années, le monde de l’audiovisuel a été bouleversé par l’arrivée de nouveaux acteurs. Les plateformes OTT (Over The Top [1]) comme Netflix, Disney+ ou Amazon Prime Video, les plateformes vidéos comme Youtube et l’explosion des réseaux sociaux ont profondément modifié l’accès aux contenus audiovisuels et à l’information. Les usages ont fortement évolué (recours au streaming, replay, aux services de vidéos à la demande [2], etc.) et le nombre d’écrans au sein de chaque foyer s’est multiplié (smartphone, tablette, ordinateur…). Aux acteurs traditionnels comme les opérateurs hertziens, le satellite ou le câble, s’est superposée la distribution par internet.

Regarder la télévision aujourd’hui reviendrait donc à se connecter à internet, vraiment ? Serait-ce alors la fin programmée de la TNT et du satellite comme modes de diffusion ? Les études publiées récemment sur le sujet montrent que ce n’est pas si simple.

La télévision en linéaire : un rôle fédérateur accentué durant la période de confinement

La période du confinement a remis la TNT sur le devant de la scène : sa technologie robuste et résiliente qui ne risque pas l’engorgement, sa gratuité et sa disponibilité sur tout le territoire via les émetteurs hertziens et le complément de couverture satellitaire apporté par Fransat sont autant d’atouts apparus comme une évidence dans une période où ont resurgi de manière criante les effets de la fracture numérique.

La dernière étude du CSA publiée le 27 octobre dernier, réalisée durant la période de crise sanitaire, montre en effet que si les contenus vidéos en OTT comme Netflix ont été plébiscités par une partie de la population, la plateforme TNT continuait dans le même temps d’être utilisée par 53,5% des foyers. Elle représentait même l’unique mode de réception de la télévision pour 22% des foyers français, soit plus de 10 millions de personnes installées majoritairement dans des communes rurales de moins de 2 000 habitants (+ 6 points par rapport à la moyenne des équipés TV).

Si l’on regarde le mode d’accès à la télévision sur le poste principal des français, on observe que la réception par internet de la télévision (via les box des opérateurs en IPTV [3]) arrive première avec 55% des foyers. Néanmoins, l’accès à la TNT gratuite (hertzienne et câble) s’établit à 42,7% et le recours au satellite à 17,4%. Enfin, lorsque les foyers sont multi-équipés en téléviseurs, ils utilisent à 55,8% la TNT sur leur poste secondaire, contre 20% pour l’IPTV. Il est utile de rappeler que 16 % des Français parmi les plus modestes ne disposent aujourd’hui d’aucun abonnement à internet. Il existe donc davantage une complémentarité des modes de réception plutôt qu’un remplacement d’un mode par un autre.

Le temps passé quotidiennement devant le petit écran, qui s’établit autour de 3h30 par jour et par personne, reste, de très loin, le premier loisir des Français. Cette durée d’écoute est même montée jusqu’à 4h43 durant les cinq premières semaines de confinement du printemps dernier. Preuve s’il en est du rôle fédérateur de la télévision linéaire qui permet au public de se rassembler pour partager certains programmes, créer du lien, vivre ensemble les mêmes moments de divertissement, d’informations, etc.

La réception satellitaire de la TNT (Fransat) indispensable dans les départements de montagne

Du fait de leur topographie, les territoires de montagne sont plus souvent qu’ailleurs connectés par les réseaux satellitaires. Pour la couverture de la TNT, la voie satellitaire via l’opérateur Fransat qui représente 2 millions de foyers sur l’ensemble du territoire métropolitain, occupe une place prépondérante en zone de montagne. Ainsi, en Corse ou en Lozère, ce sont près de 20% des foyers qui reçoivent la télévision grâce à Fransat.

La technologie satellitaire est donc indispensable pour permettre de toucher 100% de la population avec les 26 chaînes gratuites de la TNT ainsi que tous les décrochages régionaux de France 3 et quelques chaînes locales.

Proportion des foyers TV équipés Fransat par département

Moderniser la TNT : un objectif majeur au centre du projet de loi sur l’Audiovisuel

Depuis sa mise en place en France en 2005, la TNT a connu plusieurs évolutions successives : augmentation du nombre de chaînes, amélioration de la qualité de l’image, passage de l’analogique au numérique, lancement de la TNT en Outre-mer, généralisation de la haute définition, …

La TNT conserve surtout des atouts majeurs pour le téléspectateur (gratuité, fiabilité, diversité de l’offre, couverture universelle, anonymat, etc.) qui garantissent un accès pour tous à la culture et à l’information.

Néanmoins, pour proposer une expérience améliorée et enrichie aux téléspectateurs de la TNT, le CSA a lancé en 2017 des travaux de modernisation, en lien avec le Gouvernement et l’ensemble du secteur, afin notamment de définir les évolutions souhaitables et les spécifications techniques associées. Pour rester attractive auprès du plus grand nombre, la TNT devra en effet évoluer vers encore davantage de qualité d’image et de son grâce à l’Ultra Haute définition et vers l’intégration de nouveaux services interactifs tels que le replay et la vidéo à la demande et ce quel que soit le mode de réception de la TNT (terrestre ou satellitaire).

 

[1] Se dit d’un diffuseur qui utilise l’infrastructure de l’opérateur pour fournir son service. Par exemple, les services de vidéo à la demande tels que Netflix ou Amazone Prime sont des OTT car ils utilisent le réseau internet pour fournir leur service à leurs abonnés.

[2] Ou SVOD pour Subscription video on demand.

[3] Internet Protocol Television (télévision diffusée sur un réseau utilisant l’Internet).

image_pdfTélécharger en .pdf