L’Appel de l’ANEM aux parlementaires pour soutenir les fromages de qualité issus de leurs terroirs

46 fromages AOP et 9 fromages IGP existent aujourd’hui en France. Leurs principaux lieux de vente et de consommation (restaurants, restauration à domicile et collective, marchés, etc.) ont été touchés par la décision du Gouvernement de fermer, en raison de l’épidémie de Covid-19, les commerces non essentiels. Les producteurs et fermiers se trouvent ainsi confrontés à un arrêt brutal des circuits de commercialisation et de consommation de leurs fromages. L’Association a sollicité ses partenaires (députés et sénateurs) afin que ces derniers soutiennent la démarche de l’ANEM qui interpelle les pouvoirs publics afin que ces derniers viennent en aide à ces acteurs essentiels de l’économie montagnarde.

90 % des fromages ont une durée de conservation qui n’excède pas 8 semaines et pour certains, un mois. Confrontés à la production constante de lait et au problème des invendus, les producteurs cherchent des solutions : fabrication de produits dérivés, congélation de lait caillé… Des échanges sont en cours avec le ministère de l’Agriculture et le ministère de l’Économie pour mettre en place des solutions complémentaires. Mais, aujourd’hui encore, l’absence de débouchés pour les produits demeure très importante et, sur les 2 000 tonnes d’excédents générés, plus de la moitié reste encore à écouler. Afin d’éviter le gaspillage alimentaire et la destruction de ces produits et pour assurer l’équilibre de leurs entreprises (pour la plupart TPE-PME), les membres du collectif « Soutenons nos fromages, nos territoires et nos producteurs » ont sollicité l’ANEM pour relayer auprès des collectivités leur appel à renforcer, dans la mesure de leurs moyens, leurs achats de fromages AOP/IGP destinés soit à leur(s) restauration(s) collective(s), soit à leurs dons aux banques alimentaires.

image_pdfTélécharger en .pdf