Le CESE plaide pour une stratégie nationale pour le logement des saisonniers

La question du logement des saisonniers est un vif sujet de préoccupation pour les collectivités de montagne. C’est en effet un sujet d’inquiétude pour 35% d’entre elles, révèle un sondage sur le logement réalisé par l’ANEM en début d’année, car cela conditionne l’attractivité des métiers recourant à cette main-d’œuvre et la vitalité des territoires. La montagne est donc particulièrement concernée.

Le gouvernement s’était d’ailleurs saisi de la question l’an dernier avec la publication d’une feuille de route en avril 2023 comprenant quinze engagements pour favoriser l’emploi saisonnier, dont certains concernaient le logement. C’est maintenant au tour du Conseil économique, social et environnemental (CESE) d’avancer des propositions. Sa commission Territoires, agriculture et alimentation, qui avait été saisie par son Bureau en juillet 2023, vient en effet de rendre un avis le 29 mai dernier sur cette épineuse question.

De multiple freins rendent le dossier du logement des saisonniers particulièrement complexe à traiter, ce que ne manque pas de rappeler le CESE dans son avis : la difficulté à connaître les saisonniers (nombre, profils, besoins…), l’absence d’une instance clairement identifiée en charge du sujet, la forte concurrence pour l’accès au logement, l’inadéquation entre offre et demande, la dimension financière, etc.

Afin de pouvoir dépasser ces écueils et de mettre en place une vraie politique nationale, le CESE formule quinze préconisations réparties autour de quatre axes :

  • Le renforcement de la cohérence des politiques publiques entre les niveaux national et territorial. Cela pourrait se faire par l’entremise d’un délégué interministériel, la mise en œuvre d’un observatoire et l’amélioration de la lisibilité des dispositifs déjà en place. L’échelon régional est considéré comme le plus pertinent par le CESE.
  • L’amélioration du cadre national : mieux réguler les meublés de tourisme, donner plus de marges de manœuvre aux maires, recenser la remise sur le marché des logements vacants, simplifier les démarches, donner accès aux aides au logement aux saisonniers.
  • La mutualisation des solutions mises en œuvre car le succès dépend des synergies entre les acteurs et d’une approche globale.
  • L’amélioration de la communication sur les aides existantes.

De fortes disparités marquent les territoires. La stratégie nationale proposée doit donc venir accompagner et s’articuler avec les initiatives locales. Il n’y a en effet pas de modèle unique et la prise en charge de ces sujets fait aujourd’hui souvent appel à l’intelligence territoriale et à la créativité des collectivités.

 

Pour consulter l’avis du CESE : https://www.lecese.fr/actualites/se-loger-dans-les-territoires-pour-exercer-une-activite-saisonniere