Le génépi en danger?

Les vertus du génépi ne sont plus à démontrer. Célèbre stimulant gastrique, il est aussi connu pour soigner les affections pulmonaires, aider la cicatrisation et lutter contre le mal des montagnes, les coups de froid et la fatigue générale…

Aujourd’hui, le génépi est même utilisé dans la lutte contre le Covid-19 ! La commune de Val-Thorens a développé un gel hydroalcoolique à base de génépi. Son pouvoir désinfectant est conforme aux exigences de l’OMS et il laisse une légère odeur parfumée sur les mains. Non commercialisés, les quelques flacons produits sont mis à disposition des visiteurs dans différents lieux de la commune, dont l’office de tourisme.

Les amateurs de cette liqueur digestive doivent-ils craindre de ne plus trouver ce remède naturel à leurs maux dans les prochaines années ?

Des chercheurs de l’université américaine de Stanford se sont penchés sur l’impact de la fonte des glaces sur les plantes de haute altitude. Dans une étude publiée en janvier dernier, ils sont parvenus à anticiper la disparition de 22% des 117 plantes étudiées, dont le génépi noir célèbre pour sa liqueur au parfum d’absinthe, en raison de la fonte et de la disparition des glaciers annoncées d’ici 2100.

Les botanistes français ne partagent pas ces conclusions et rappellent que le génépi pousse en dehors des zones glaciaires. S’il faut être inquiet de sa disparition, c’est pour d’autres raisons, notamment la pollution et la rapidité du réchauffement climatique qui ne permettent pas aux espèces de s’adapter aux nouvelles conditions climatiques et au changement de milieu.

Par ailleurs, les cueillettes sauvages constituent une menace immédiate pour le génépi. La cueillette du génépi laineux, seule espèce non cultivable, est interdite. Pour les autres, la cueillette est réglementée : elle est soit interdite, comme dans le Parc national de la Vanoise, soit limitée, comme dans le Parc des Écrins où il est interdit de cueillir plus de 100 tiges. Les cueilleurs doivent aussi avoir une attitude responsable pour ne pas arracher la plante et laisser quelques fleurs afin d’assurer la floraison.

Avec le civisme de tous, le génépi a encore de beaux jours devant lui !

image_pdfTélécharger en .pdf