Les établissements thermaux et centres de bien-être : une nécessaire mise en valeur du patrimoine montagnard

Un peu moins d’une cinquantaine de communes de montagne sont support de station thermale, une trentaine parmi elles étant au surplus des stations mixtes de sports d’hiver et thermales, réparties sur les différents massifs. Sur ces territoires les activités du thermalisme, d’une part, des sports d’hiver et du tourisme, d’autre part, génèrent ensemble l’essentiel de l’activité économique, et participent à l’identification touristique de ces territoires, mais restent très distinctes : la saisonnalité, la nature des offres, la typologie des clientèles, les modèles économiques, sont différents.

Pour autant, et depuis plusieurs années, ces différents pôles ont entrepris des démarches de diversification et d’enrichissement de leur offre, visant élargir les clientèles et à pérenniser l’activité :

  • Le thermalisme thérapeutique est complété par des offres de prévention en santé ou de bien-être (ex : centres thermoludiques), qui décloisonnent l’activité et l’affranchissent en partie de la saisonnalité
  • Les opérateurs de sports d’hiver ouvrent les domaines skiables aux clientèles d’été pour la pratique de nouvelles activités de plein air qui utilisent partiellement les installations (ex : descentes des pistes en VTT)
  • Les exploitants des thermes et des remontées participent, avec les socioprofessionnels des stations et les offices de tourisme, à la mise en marché de produits qui associent les offres sport et santé.

Ces initiatives et cette attitude proactive des responsables des territoires thermaux de montagne démontrent leur sensibilisation aux incertitudes qui affectent la pérennité des modèles économiques qui ont prévalu ces dernières décennies, en ce qui concerne le thermalisme social (dépendant des finances sociales), les sports d’hiver (dépendant des aléas climatiques) aussi bien que les autres activités touristiques en montagne.

Dans la période récente, les conséquences de la pandémie de COVID 19, qui ont conduit le gouvernement à suspendre les activités des établissements thermaux et des remontées mécaniques, ont mis en lumière la fragilité des territoires et la nécessité de repenser le modèle touristique des communes de montagne pour le rendre plus durable, moins sensible aux aléas climatiques, et plus adapté aux aspirations émergentes des clientèles.

La création du fonds « Avenir Montagnes », annoncée par le Premier ministre le 27 mai, dont la déclinaison a été précisée dans une circulaire du 15 juillet 2021 , vise spécifiquement « l’ambition d’un tourisme plus diversifié, durable et résilient à travers trois axes : favoriser la diversification de l’offre touristique et la conquête de nouvelles clientèles ; accélérer la transition écologique des activités touristiques de montagne ; dynamiser l’immobilier de loisir et enrayer la formation de « lits froids ».

L’Association s’est donc félicitée de voir parmi les premiers lauréats du programme d’investissements Avenir Montanges la rénovation des grands thermes et le renouvellement de l’offre thermale de bien-être de la commune de La Bourboule (63).

Les objectifs du projet sont :

  • Adapter l’infrastructure aux attentes de la clientèle pour accompagner la montée en gamme de la station
  • Diversifier l’offre (bien-être) pour renforcer l’attractivité de la station
  • Abaisser les consommations d’énergie

Le montant de l’opération : 8,89 M€

  • Soutien d’Avenir Montagnes Investissement sollicité : 2,67 M€ (30%)

Autres financements sollicités :

  • DSIL : 1,49 M€
  • Région Auvergne-Rhône-Alpes : 1 M€
  • CD 63 : 0,3 M€
image_pdfTélécharger en .pdf