Retour sur le Comité directeur du 7 juillet

Le Comité directeur du 7 juillet a réuni une cinquantaine d’élus en visioconférence.

C’était le premier Comité directeur depuis l’élection présidentielle et les élections législatives. Pascale Boyer, secrétaire générale de l’ANEM, a été réélue dans les Hautes-Alpes, ainsi que Jean-Pierre Vigier, vice-président, dans la Haute-Loire. La présidente Jeanine Dubié ne se représentait pas.

À cette occasion, les résultats des élections législatives et leur impact sur les députés de montagne ont été présentés. Ainsi, sur les 139 députés élus dans des circonscriptions de montagne, de la précédente mandature, 34 députés sortants n’ont pas brigué un nouveau mandat, 105 députés sortants étaient candidats à leur réélection. 65 ont été réélus et 40 députés n’ont pas été réélus. 74 nouveaux députés de montagne font ainsi leur entrée dans l’Hémicycle. Les députés se répartissent entre 11 groupes politiques à l’Assemblée nationale. La majorité présidentielle (Renaissance, Démocrate, Horizons) compte 44 députés de montagne, la NUPES (La France insoumise, Socialistes, Écologistes et Communistes) compte 36 députés de montagne, les Républicains 32, le Rassemblement national 17, le groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires 8 et 2 députés sont non inscrits.

Bernard Delcros, sénateur du Cantal, et Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, ont ensuite présenté leur rapport au Premier ministre, publié en mars dernier et intitulé Les zones de revitalisation rurale, un enjeu pour l’attractivité des territoires ruraux. Ce rapport formule quatorze recommandations concrètes et opérationnelles afin de pérenniser les ZRR. Les élus ont salué le travail des sénateurs. L’ANEM s’est engagée à soutenir le maintien des ZRR lors des débats sur le projet de loi de finances pour 2023. Le classement d’une commune en ZRR ouvre le droit à un ensemble d’exonérations fiscales et sociales accordées aux entreprises et organismes d’intérêt général s’installant ou développant leurs activités sur leur territoire. L’importance des ZRR en zone rurale et de montagne concerne notamment le secteur du sanitaire et celui du social. En termes financiers aussi bien qu’en termes d’emplois et de services fournis à la population, les ZRR sont vitales pour beaucoup de communes et doivent donc être maintenues. Elles permettent de rendre les territoires plus dynamiques et attractifs.

Le trésorier, Jean-Baptiste Giffon, maire de Bastelica, a présenté les comptes pour l’année 2021. Le programme du 38e Congrès de l’Association, qui aura lieu à Pont-de-Salars dans l’Aveyron, a quant à lui été décliné par la secrétaire générale Pascale Boyer. Enfin, il a été rendu compte des résultats des enquêtes lancées par l’ANEM auprès de ses adhérents sur la hausse des prix de l’énergie et sur l’évolution du réseau des agences bancaires et des services financiers dans les communes de montagne.

image_pdfTélécharger en .pdf